De l’anglais cassé

Dans les rues de Londres, la diversité de la population est saisissante. Jaune, noir, blanc et toutes les couleurs intermédiaires s’affichent sur les visages des passants. La foule londonienne faufile le patchwork ethnique de la planète.

Toutes sortes de langues y sont parlées naturellement. C’est à n’y rien comprendre. Et quand c’est l’anglais qu’on utilise pour communiquer, les accents sont à couper au couteau, le vocabulaire informe et les structures grammaticales désossées ; on appelle ça du broken English. Comme me le disait un collègue l’autre jour : l’anglais est la langue la plus mal parlée au monde.

Cependant, si tous les peuples habitent ici, c’est que les différences de tons et de couleurs importent peu. Ce sont des nuances qui n’empêchent pas les gens de s’entendre.

anglaiscasse

Temple Church, London


Ceci vous a plu ? Essayez cela :

mohamlet

Mohamlet

4 réflexions sur “De l’anglais cassé

  1. Bien décrites ces perceptions de la multiplicité. Pour les photos des vilains grimaçant, j’ai découvert aussi ces personnages grotesques dans une église à Cluny, sous la coupole, auxquelles faisait face des têtes d’anges: Dct Jekill et Mister Hyde bien avant l’heure!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s