La queue orientale

Mais pourquoi cette queue ? C’est un concert pop ? Les soldes d’automne ? Une attraction touristique ? Non… C’est la rentrée universitaire ! Des étudiants du monde entier viennent compléter leur inscription pour suivre un cursus en Angleterre. L’attente est longue, les places sont chères, mais l’espoir d’obtenir un prestigieux diplôme leur donne patience.

Parmi les étudiants, les Européens sont les mieux lotis. Ils ont de bons tarifs et des systèmes de financement très arrangeants. Nombre des emprunts pour venir étudier ne sont d’ailleurs jamais remboursés. Les universités y perdent mais elles doivent respecter leurs quotas.

Heureusement, les Asiatiques sont légion. Et les prix qui leur sont appliqués atteignent souvent trois fois ceux de leurs pairs Européens. En outre, ils paient comptant. De bons bénéfices pour l’université et une motivation supplémentaire pour les étudiants. En dépit de leur niveau d’anglais pas toujours à la hauteur, ils ont de grandes chances d’obtenir le diplôme qu’ils viennent chercher. Et puis, leur sens de la discipline fait qu’ils savent, mieux que les autres, rester dans la file.

Si ce n’est pour les études, c’est pour la carrière que les Asiatiques sont en Angleterre. On les trouve dans toutes les multinationales renommées. Et puis, venir ici, c’est aussi épouser une autre forme de vie. Les jeunes femmes surtout, prisent les maris à la mentalité occidentale, moins rigide que celle des hommes de leur pays. Un grand Britannique musclé, flanqué d’une petite Asiatique manucurée, est une image commune dans les rues de Londres.

J’ai d’ailleurs été surpris de constater la popularité des classes de chinois dans les écoles d’enseignement aux adultes. Je pensais d’abord que c’était pour les affaires que les Anglais apprenaient cette langue, mais une professeur m’a démenti : la majorité de ses étudiants souhaitent pouvoir communiquer avec leur belle-famille. Elle a ajouté aussi qu’ils se trompaient souvent de classe, confondant le mandarin avec le cantonais.

Ainsi, pour les études, la carrière ou la famille, faut-il bien savoir faire la queue.

queueorientale

V&A museum, London


Ceci vous a plu ? Essayez cela :

Mémoire de voyages

11 réflexions sur “La queue orientale

  1. Deux expériences en direct.
    Un nouveau centre dédié uniquement aux Chinois est en construction à Louvain-la-Neuve, dans cette bonne ville universitaire qui n’a peur de rien, ni de personne : nous en attendons 2000.
    Deux hommes d’affaires, les deux frères d’une amie, ont une entreprise de cadeaux d’affaires en Chine et ont épousé à l’approche de leur 40 ans (et toujours célibataires) des Chinoises (une par homme of course). Ils ont tous les deux des enfants. L’un est vraiment heureux dans sa vie de couple, de père, d’homme et l’autre déprime totalement. Moralité : le mariage n’est pas un gage de bonheur à tout prix, Chinoise ou pas Chinois.
    Belle chronique en tout cas.

    J'aime

  2. salut ca marche mais si tu veux que je continue a te lire mets un EEEEEE a professeur qd c’est une femme (eh oui la langue et les mentalites evoluent)a plus

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s