L’affiche

Sous l’œil bronzé de Jupiter, un couple se tire le portrait.

GAL_afficheCe sont des touristes qui visitent la ville. L’homme prend sa compagne en photo alors qu’elle pose devant la statue qui lance ses éclairs sur la place centrale. Tandis qu’il se démène avec la mise au point de l’appareil, elle minaude et fait la belle en demandant si l’on voit bien le monument, ainsi que la signature du sculpteur qui en est l’auteur. Elle tente de dissimuler sa vanité mais son attitude dément clairement ses paroles.

Hormis le fait que le nom de l’artiste soit aussi inconnu dans l’histoire qu’il est illisible sur le bronze, le comportement de la femme ne laisse aucun doute : le sujet principal de la photo, c’est elle. Elle arrange ses longs cheveux blonds autour de son visage et bouge ses lèvres rouges en mimiques suggestives. Et puis l’air appliqué que prend son ami, sourcils froncés, moue crispée, alors qu’il règle l’appareil, confirme les prétentions de son modèle.

Ces deux touristes forment un couple d’amoureux typique : ils partagent le même désir. Dans le cas présent, sous le regard de Jupiter, ils désirent faire un portrait qui élèvera la femme au rang de déesse éternelle.

Quel sera le résultat final ? Une fois la photo prise, que verra-t-on dessus ? Une image. La simple image d’une femme au pied d’une statue de bronze. Pour elle, cette image évoquera la touriste cultivée qu’elle prétend être. Pour lui, elle représentera la jolie compagne avec qui il passe ses vacances. Pour moi, une vaniteuse qui pose devant son amant. Et pour Jupiter ? Qui sait ce que lui évoquera cette image ? Le dieu, comme tout le monde, possède un pouvoir imaginatif illimité. Son œil, comme l’objectif de l’appareil photo, interprétera ce qu’il voit, à sa façon.

En conséquence, l’image de la femme dépend autant d’elle que de ceux qui la regardent. L’art photographique ne révèle pas tant les personnes que notre subjectivité, lorsqu’il s’agit de dire comment elles sont.

Finalement, l’opération est terminée. La femme demande à son compagnon de lui montrer le résultat. Il s’exécute de bon gré.

– Non, ça ne va pas ! s’écrie-t-elle. Tu m’as pris quand j’avais les yeux fermés.

Elle est indignée. Elle regarde le cliché comme si c’était un faux et que ce n’était pas elle, là-dessus. Ses paupières baissées la rendent-elles si différente qu’elle ne se reconnaît pas ? Ou bien, l’idée que son image lui échappe est-elle insupportable ? Elle veut la récupérer ; elle dit d’un ton sec :

– Recommence ! Et fais-en une bonne, cette fois !

Si sa requête est légitime, son ton accusateur est injuste. Après tout, ce n’est pas la faute du photographe si son modèle a les yeux fermés quand l’appareil se déclenche. La vitesse de l’engin permet de saisir des anomalies qui passent inaperçues à l’œil humain. Que cela plaise ou pas à la femme, cette image est la sienne, du point de vue de l’objectif.

L’homme reprend ses réglages, son modèle reprend ses mimiques, mais le cœur n’y est plus. Ce qui a commencé comme une plaisante séance photographique se transforme en corvée. La mauvaise humeur divise clairement le couple maintenant. On dirait qu’ils ne s’aiment plus. Il est curieux de remarquer comment deux personnes, si proches il y a un instant, peuvent se distancier l’une de l’autre, le temps d’un clin de l’œil, à cause d’une paupière baissée. C’est du moins l’image que je me fais d’eux.

Quant à Jupiter ? Comment interprète-t-il la scène qui se déroule à ses pieds ? Librement, j’imagine. Par exemple, il peut se demander ce que cachent les yeux fermés de la femme… Quelles idées, souvenirs ou secrets dissimulent-ils ? Quels aspects de sa personnalité désire-t-elle tant préserver de la vue de son partenaire ? Le dieu sait en effet que ceux qui s’aiment ne se connaissent pas forcément. Les sentiments ont tendance à déformer leur image. L’amour, en particulier, provoque d’étranges effets d’optique sur le cœur des amants.


Première scène du roman
GAL_cover

La 4ème de couverture

Les extraits

Le livre

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s